Actualités Vivalto Santé

Actualités

LOGO HOSPIMEDIA

Le PDG du groupe de cliniques Vivalto Santé a exposé sa stratégie d'acquisitions et de développement d'ici à 2021, qui passe par plusieurs régions françaises mais aussi par l'international. 

Fort d'un actionnariat renouvelé et de son modèle partenarial associant investisseurs institutionnels et médecins, il entend doubler de taille d'ici six ans. 

Daniel Caille, président-directeur général (PDG) du groupe de cliniques Vivalto Santé, a présenté sa stratégie de développement sur 2016-2021 visant à atteindre, au terme de cette période, un chiffre d'affaires (CA) de 600 millions d'euros (M€), grâce à la poursuite d'acquisition dans plusieurs régions françaises mais aussi en amorçant un développement international. À l'occasion d'une conférence de presse à Paris ce 15 avril, le PDG a en effet dévoilé les ambitions de croissance du groupe (355 M€ de CA). À l'appui de cette présentation sont également intervenus Éric Laspougeas, directeur général (DG) délégué en charge des opérations du groupe, des médecins administrateurs les Dr François-Bruno Le Bot et Dr Eric Dupont-Bierre, ainsi que Yonel Génin, représentant de la Caisse des dépôts et consignations (CDC) et président du comité stratégique de Vivalto Santé holding (VSH). Le nouvel actionnariat du groupe a été détaillé dans un premier temps. Il a été rappelé le premier closing le 7 janvier 2016 avec la création de VSH* et des médecins déjà actionnaires, puis l'augmentation en numéraire, close le 22 mars, pour tous les praticiens éligibles via un appel public à l'épargne. Vivalto Santé SA affiche au terme de cette première étape un capital de 253 M€, détenu à 70% par VSH, 29% par 360 praticiens et 1% par des managers du groupe. "Cette augmentation de capital a été sursouscrite de 18 M€", a insisté Daniel Caille, qui a par ailleurs confié avoir été agréablement "surpris" d'un tel niveau d'adhésion du corps médical. 

Au total, quelque 360 praticiens auront investi 90 M€ 

Dans un second temps, suivant un échéancier en mai-juin 2016 et après approbation de l'Autorité des marchés financiers, sera réalisée une nouvelle augmentation de capital en numéraire pour les praticiens en sursouscription et les managers (2,8 M€). Le capital de Vivalto Santé SA, alors de 273 M€, sera détenu à 33% (90 M€) par un peu plus de 360 praticiens, 65% par la holding (179 M€) et 2% par 29 managers (4,4 M€). Le PDG a indiqué que l'une des raisons essentielles de cette "belle aventure" que connaît le groupe et de son attractivité pour les investisseurs, institutionnels ou issus du corps médical, est d'incarner un modèle partenarial "inédit". À savoir, "une troisième voie entre les établissements indépendants détenus uniquement par des praticiens et des groupes contrôlés exclusivement par des investisseurs financiers". Il a rappelé que Vivalto Santé avait notamment pour fondement "de bâtir une gouvernance forte en associant des praticiens aux décisions stratégiques de l'établissement". Ceci à deux niveaux : au conseil d'administration du groupe où les représentants des médecins ont un pouvoir d'approbation de toutes les décisions stratégiques (droit de veto) et au niveau du comité de direction médicale dans chaque établissement avec cette notion de gouvernance discutée et partagée (droit consultatif). De plus, Vivalto Santé possède un comité médical groupe. Au sein de ce dernier, la stratégie du groupe, des pistes d'action pour le recrutement de nouveaux médecins, la formation de jeunes médecins en France et à l'étranger sont évoqués. Ce comité dresse également le bilan des comités de directions médicales et crée le cas échéant des groupes de spécialités interétablissements. Parmi les facteurs différenciants de son groupe, le PDG a également cité la politique de développement de la recherche (100 projets suivis en 2014), à travers l'institut Vivalto Santé et le groupement de coopération sanitaire (GCS) enseignement-recherche-innovation. Enfin, il a énuméré les innovations développées au sein du groupe (innovations médicales, partenariats publics-privés "structurants", VivaltoDom, plateforme de suivi en e-santé des parturientes, etc.). 

De annonces pour le mois de juin 2016 

Le plan de croissance interne et externe du groupe a ensuite été exposé. Parmi les leviers de croissance a été citée "l'accélération de l'innovation dans tous les aspects du métier" : santé connectée, récupération rapide après chirurgie (Rrac), recherche médicale, etc. et l'"affirmation du leadership professionnels" de Vivalto Santé. Il est prévu un développement autour de "plateformes régionales (quatre à six) permettant de doubler de taille en six ans", pour atteindre un CA dépassant les 600 M€ en 2021, a expliqué le PDG. Il s'agit dans un premier temps de "densifier" l'offre dans les régions où le groupe est implanté. Et Daniel Caille de citer l'Île-de France, la région Rhône-Alpes ou encore la Normandie. La dernière acquisition en date de Vivalto Santé, la Clinique de l'Europe à Rouen (Seine-Maritime), est en effet présentée comme "le début d'un développement régional". Interrogé sur ses futures acquisitions, le PDG a simplement indiqué que des annonces devraient être faites en juin prochain sur "au moins une acquisition", ainsi que sur la signature d'un contrat de gestion en Afrique. Car le groupe entend engager prochainement son développement international, avec l'ambition de réaliser plus de 20% du CA hors de France en 2021. Cela va passer dans un premier temps par des contrats de gestion signés avec des pays d'Afrique francophone mais aussi par des acquisitions de structures en Europe (Allemagne, Espagne, Pologne, Portugal...). Pour autant, a souligné Daniel Caille, le groupe n'a pas du tout "l'ambition d'être le plus gros" mais de continuer à "développer une politique d'excellence médicale autour du patient". Ce qui passe, poursuit-il, par la capacité de Vivalto à donner aux médecins la possibilité de pratiquer dans les meilleures conditions possibles et aux patients l'offre de soins la plus "innovante et adaptée". Soit, comme le répète à l'envi le PDG, par le maintien "d'un partenariat sans précédent [dans le paysage sanitaire] entre une collectivité médicale impliquée et des investisseurs institutionnels de premier plan". 

Caroline Cordier 

* Au sein de Vivalto Santé holding, se trouve en premier lieu CDC International Capital (filiale à 100% de la Caisse des dépôts et consignations) associé à Mubadala, un fonds appartenant au Gouvernement d'Abu Dabi, un des émirats des Émirats arabes unis, qui détiennent un peu plus d'un tiers du capital de VSH. Le groupe MACSF, assureur mutualiste des professionnels de santé, détient pour sa part un tiers de VSH. Enfin, la holding de Daniel Caille, PDG de Vivalto Santé, ainsi que ses partenaires bancaires BNP développement, Arkéa Capital partenaire (Crédit Mutuel) et Crédit agricole, détiennent le dernier tiers. 

Tous droits