Actualités Vivalto Santé

Actualités

La solidarité en action : entretien avec le Docteur Lia Guilleré

 

Avec cette série d'interviews, le groupe Vivalto Santé souhaite mettre en avant les docteurs ayant répondu à l'appel de solidarité.

 

Lia Guilleré est ORL au sein du Centre Hospitalier Privé de l’Europe depuis 6 ans. Depuis plusieurs semaines elle se mobilise avec le reste des équipes de l’établissement pour assurer la prise en charge des patients. Entretien.

 

A partir du mois de mars, on nous a demandé de suspendre toutes les interventions médicales ou chirurgicales non-urgentes, l’objectif étant de libérer un maximum de places en vue de l’arrivée de la vague de patients atteints par le COVID-19. C’était au départ très flou car nous nous sommes retrouvés dans une certaine accalmie avant la tempête qui devait arriver. On a commencé par récupérer certaines interventions qui devaient être assurées initialement par les hôpitaux publics de proximité. La vague est ensuite très vite apparue.

 

Comment vous êtes-vous organisés ensuite ?

 

Au CHP de l’Europe de Port-Marly nous avons rapidement ouvert 43 lits de médecine covid-19 et 14 lits de réanimation dédiés. Ça n’a pas été simple car il a fallu réorganiser complètement notre façon de fonctionner. Nous avons divisé notre emploi du temps en deux : Une partie pour laquelle nous resterions dédiés aux urgences liées à notre spécialité, les urgences ORL en ce qui me concerne, et une partie pour laquelle nous assurerions des gardes en médecine COVID ou en réanimation. Nous fonctionnons grâce à un binôme médical par unité, avec l’aide d’un médecin régulateur COVID qui gère toutes les demandes de transferts depuis les établissements publics ou privés voisins. Une veille  « scientifique » et bibliographique s’est faite spontanément par chacun, rapportant les résultats des études sur la prise en charge de ces patients. Il y a également un comité d’éthique quotidien qui permet de prendre les décisions de soins lourds ou non de façon collégiale.

 

Comment d’un point de vue professionnel avez-vous vécu cette expérience ?

 

Au départ ce n’est pas forcément facile car nous devions repenser notre façon de travailler. La plupart des interventions et consultations ont été annulées et reportées alors on s’organise différemment. On essaie d’appeler nos patients par téléphone, on réalise de la téléconsultation. Au niveau de la médecine covid-19, qui est complètement inédite, nous avons formé des équipes entre différents spécialistes afin de prendre en charge au mieux les patients.

 


Que vous a apporté cette expérience sur le plan humain et qu’en avez-vous retiré ?

 

C’est complètement inédit de vivre ça, professionnellement comme personnellement. Il y a un réel élan solidaire et surtout spontané de la part de l’ensemble des médecins et chirurgiens. Nous avons en majorité répondu présents pour faire en sorte d’assurer la prise en charge et de sauver des vies. On a reçu le soutien de la part du Groupe pour l’acheminement de matériel, mais aussi des infirmiers et aides-soignants d’autres régions qui se sont rendus disponibles pour venir nous aider. C’est une très belle expérience humaine.

 

Si vous aviez à résumer ce moment de vie en une phrase, quelle serait-elle ?

 

C’est une situation tellement inédite que je dirais : Improvisation efficace. Tout a été spontané, on s’est organisés dans l’urgence en cherchant uniquement à faire notre métier : soigner. Encore aujourd’hui la situation est assez floue car on ne sait pas quelle sera la suite des évènements, mais on continue de se mobiliser pour être le plus efficace possible.

Partager cette article :