Message à l’attention de la Direction Générale de la Clinique du Val d’Or (92) 

« Atteinte de Covid, j’ai été hospitalisée à la Clinique du Val d’Or en réanimation Covid le 20 Mars 2020. Après 15 jours d’hospitalisation, j’ai pu rentrer chez moi et suis désormais guérie. Pendant 2 ou 3 jours, mon pronostic vital a été engagé et j’ai eu peur de l’avenir (je n’ai pas été sous respirateur, mais sous oxygène à forte dose, et je pense que c’est cela qui m’a sauvée). 

Une patiente Covid de la Clinique du Val d’Or

La patience et le professionnalisme des équipes de la Clinique, ainsi que ma ténacité ont permis que je m’en sorte. La vie me paraît un magnifique cadeau.  
Je tenais que à ce que vous sachiez à quel point je vous suis reconnaissante de ce résultat – les équipes le savent, je leur ai écrit en direct. J’en profite aussi pour vous dire que les kinés ont été merveilleux d’empathie, d’encouragement, de dialogue et d’écoute. Ils ont été pour beaucoup dans ma guérison et ont été présents dans les moments les plus critiques. Je salue leur dévouement et leur engagement. Mais aussi celui des infirmières de la clinique ainsi que les équipes venues de province, qui ont été extraordinairement engagées et généreuses avec tous les patients. Bravo encore pour la qualité du travail de vos équipes et la remarquable organisation que vous avez mise en place. »

Élisabeth SHEVTOV 

Patiente Covid
Clinique du Val d’Or (92)

« Je me suis tout de suite portée volontaire ! 

Aide-soignante à l’Hôpital Privé Sévigné, j’étais en poste mais il me semblait impossible de ne pas répondre à l’appel « Solidarité Ile-de-France » lancé par le Groupe. Ce qui m’a motivée, ce sont mes valeurs ! L’entraide, la solidarité, cela me parle. Cette expérience professionnelle est très enrichissante… on en ressortira différents ! Ici tout est démultiplié. Cette expérience que je vis toujours m’apporte beaucoup ! Tant au niveau des échanges avec mes collègues qu’avec les patients atteints du Covid dont je m’occupe chaque jour. On parle avec eux, on les rassure, on essaie de calmer leurs angoisses parfois très fortes. Nous sommes leur seul lien avec l’extérieur et ils nous remercient chaque jour de nous occuper d’eux… ces relations avec les patients, ces valeurs de solidarité et de bienveillance me touchent beaucoup ! On est révoltés quand on voit que certaines personnes ne prennent pas toujours les mesures barrières au sérieux, car ce que l’on voit sur le terrain en étant à proximité des malades est très compliqué… Tout le monde peut être touché par cette maladie ! »

Viviane LEMETAYER

Aide-soignante
à l’Hôpital Privé Sévigné (35)

« C’est complètement inédit de vivre ça, tout s’est passé dans une improvisation efficace.

Tout a été spontané, on s’est organisés dans l’urgence en cherchant uniquement à faire notre métier : soigner. Au CHP de l’Europe de Port-Marly nous avons rapidement ouvert 43 lits de médecine Covid et 14 lits de réanimation dédiés. Ça n’a pas été simple, car il a fallu réorganiser complètement notre façon de fonctionner. Nous avons divisé notre emploi du temps en deux : une partie pour laquelle nous restions dédiés aux urgences liées à notre spécialité, les urgences ORL en ce qui me concerne, et une partie pour laquelle nous assurions des gardes en médecine Covid ou en réanimation. Nous fonctionnons grâce à un binôme médical par unité, avec l’aide d’un médecin régulateur Covid qui gère toutes les demandes de transfert depuis les établissements publics ou privés voisins. Une veille « scientifique » et bibliographique s’est faite spontanément par chacun, rapportant les résultats des études sur la prise en charge des patients. Il y a également un comité d’éthique quotidien qui permet de prendre les décisions de soins lourds ou non de façon collégiale. Il y a un réel élan solidaire et surtout spontané de nombreux médecins et chirurgiens. Nous avons pour la plupart répondu présents pour faire en sorte d’assurer la prise en charge et de sauver des vies. »

Dr. Lia GUILLERÉ

Médecin ORL
Centre Hospitalier Privé de l’Europe (78)

Skip to content