Espace presse

Actualités

Logo APM NEWS

PARIS, 15 avril 2016 (APM) - Le groupe de cliniques Vivalto Santé entend, au cours des prochaines années, réaliser de nouvelles acquisitions en Normandie, Ile-de-France et Rhône-Alpes, a expliqué vendredi son PDG, Daniel Caille, lors d'une conférence de presse.

Vivalto Santé regroupe 15 établissements, rappelle-t-on, dont deux en Normandie, trois en Ile-de-France et deux en Rhône-Alpes. 

A raison de "deux à trois établissements par an", le groupe souhaite se "densifier" dans les régions où il est déjà implanté. Il devrait notamment annoncer en juin une nouvelle acquisition en France, ainsi que, "très certainement", la signature d'un contrat de gestion à l'international. 

En Normandie, où le groupe a récemment acquis la clinique de l'Europe (Rouen), son projet est de créer une véritable "plaque régionale" comme celle qu'il gère déjà en Bretagne. 

Daniel Caille a expliqué ne pas rechercher "les économies" dans une envergure nationale, mais privilégier l'"excellence" et une "approche territoriale" pour attirer davantage de patients dans les quelques régions où le groupe est présent. 

Il a cependant assuré que Vivalto Santé restait prêt à une réflexion si dans un autre cadre une "communauté médicale" le sollicitait pour une éventuelle reprise. 

D'un chiffre d'affaires de 355 millions d'euros (avec un Ebitda de 39 millions) en 2015, le groupe ambitionne de progresser à 600 millions d'ici 2021, dont 20% à l'international. Une proportion qui devrait passer principalement par des contrats de gestion en Afrique subsaharienne et des acquisitions en Europe: Allemagne, Pologne, Portugal, Espagne et Grande-Bretagne. 

Ces pays sont dans "une dynamique appréhendable" pour les groupes d'établissements privés, et la liberté de ces groupes y est "beaucoup plus grande" qu'en France, a estimé Daniel Caille. L'Allemagne en particulier est un marché important, après que bon nombre d'hôpitaux en difficultés ont été privatisés. 

Pour son PDG, la croissance de Vivalto Santé peut s'expliquer par le succès de trois principes fondamentaux: "une politique d'excellence", la place importante laissée aux praticiens dans l'actionnariat et la stratégie du groupe, et sa constance à demeurer propriétaire des murs. 

Sur le rôle des médecins, il a souligné l'existence, dans chaque établissement, d'un "comité de direction médicale" associant des praticiens élus à la gouvernance. Une instance similaire, à l'échelle du groupe cette fois, fait la synthèse et organise, par exemple, des groupes de spécialités inter-établissements. 

Sur la gestion des murs, Daniel Caille a souligné le bouleversement que constituent (et que constitueront encore dans les prochaines années) le développement de l'ambulatoire et de la "santé connectée". "Être propriétaire de nos murs nous permet de nous adapter à l'évolution des séjours", a fait valoir le PDG du groupe, qui vise 60% de chirurgie ambulatoire en 2017. 

La politique d'acquisition de Vivalto Santé pour les prochaines années s'appuiera sur une restructuration et une augmentation de son capital engagée en fin d'année 2015. Au 22 mars 2016, ses 253 millions d'euros de capital se répartissaient en: 1% détenu par ses managers, 29% par 360 praticiens de ses établissements et 69% par la Vivalto Santé Holding. 

Cette holding regroupe des investisseurs de long terme, ce qui "manque cruellement à la profession", a estimé Daniel Caille. Il a cité la Caisse des dépôts et consignation (CDC), un fond d'investissement émirien (Mubadala), Vivalto, le Crédit Agricole, Arkea, BNP Paribas et l'assureur des professionnels et établissements de santé MACSF. 

L'opération de mars ayant été "sursouscrite" par les médecins, une seconde opération à "échéance mai-juin" devrait permettre une nouvelle augmentation de capital à hauteur de 18 millions d'euros. 

Au total, les praticiens auront investi 90 millions d'euros dans Vivalto Santé, soit un tiers du capital du groupe, a souligné son PDG.  

pm/ab/APM polsan 

Praticiens

Rejoignez-nous
sans attendre

En savoir plus

Retour en haut