Actualités Vivalto Santé

Actualités

Fumer pendant la grossesse ? Les réponses de Vivalto Santé

 

Témoignage d'un gynécologue obstétricien et d'une sage-femme, spécialisée en addictologie, de la Clinique Mathilde, à Rouen.

 

Il naît en France chaque année, entre 700 000 et 800 000 bébés. Certains de ces enfants seront, pendant et après la grossesse, en contact avec le tabac. Que peuvent faire les futures mamans fumeuses pour en finir avec la cigarette, si elles le souhaitent, ou pour en limiter l'impact "passif" sur leur progéniture? Le Docteur Nicolas Mathieu, gynécologue obstétricien, et la sage-femme Sophie Martinkovic, de la Clinique Mathilde de Rouen nous répondent. 
 

Quelles conséquences ? 
 

Selon le Dr Nicolas Mathieu, "les conséquences du tabac peuvent apparaître dès la première phase de la grossesse, avec des fausses couches ou des grossesses extra-utérines". À un stade plus avancé, il peut y avoir un décollement du placenta engendrant la mort foetale, ou un retard de croissance intra-utérin du bébé.

Puis, après la naissance, "on peut constater un taux plus élevé de mort subite du nourrisson, des troubles de l'attention chez l'enfant et un risque plus élevé de devenir fumeur" nous explique Sophie Martinkovic, sage-femme du Groupe. 


Comment limiter l'exposition de son enfant au tabac ? 
 

Afin d'accompagner au mieux les patientes fumeuses vers une baisse de la consommation ou l'arrêt du tabac, la Clinique Mathilde, à Rouen, suit deux axes.

  • Le suivi auprès du gynécologue obstétricien où sont abordées les questions autour de l'état de santé de la patiente, dont ses addictions. Ainsi, si la future maman est fumeuse, elle sera encouragée à consulter Sophie Martinkovic, pour un soutien en tabacologie. 
  • Le suivi auprès de la sage-femme spécialisée en tabacologie permet de connaître la motivation de la patiente à arrêter de fumer et d'établir avec elle, et parfois son conjoint, un projet de soin. Une aide médicamenteuse est apportée, via des substituts nicotiniques comme des pastilles, des patchs, des gommes ou des comprimés. Une aide comportementale est également proposée, à base notamment d'hypnose, d'homéopathie ou d'acupuncture. 

"La grossesse est une période idéale pour arrêter de fumer car la motivation est souvent forte ! Il est ainsi indispensable d'encourager les patientes à arrêter totalement la cigarette, pour leur santé et celle de leur enfant. Toutefois, l'arrêt du tabac reste très difficile, il faut donc toujours soutenir la future maman avec bienveillance et sans jugement même au moment de l'allaitement que nous encourageons, y compris pour les femmes fumeuses en demandant un espacement entre la tétée et la prise de la dernière cigarette", expliquent le Dr Nicolas Mathieu et Sophie Martinkovic.

 

Docteur Nicolas Mathieu. Gynécologue-Obstétricien à la Clinique Mathilde, Rouen

 

Sophie Martinkovic. Sage-femme spécialisée en addictologie à la Clinique Mathilde, Rouen 

 

Partager cette article :